Second times

Vous vous souvenez d’un livre que vous avez adoré la première fois que vous l’avez lu?
Vous ne vous rappelez plus exactement de l’histoire, ni des noms des personnages mais vous avez encore un souvenir ému du moment où vous l’avez refermé.

Quelques années plus tard, vous rouvrez le bouquin, un sourire aux lèvres à l’idée de retrouver un univers familier. Et là, tout ce qui en faisait le sel, vous paraît fade.
Pire, vous vous demandez pourquoi vous vous êtes tellement emballé.

C’est ce qui m’est arrivé avec les Chroniques de San Francisco.
J’attendais avec impatience les retrouvailles avec Babycakes, Michael Tolliver et les autres. Je me rejouissais de goûter de nouveau aux plats si spéciaux de Mme Madrigal et de revivre dans l’univers déjanté de San Francisco pendant les années 80.

Et puis, voilà, je ne sais pas comment te le dire sans te blesser mais Armistead Maupin, tu m’as déçue!
Je t’en ai voulu d’avoir inventé des scenarii aussi invraisemblables, de créer tellement de rebondissements que les montagnes russes à côté font pâle figure…

N’empêche que, quand même, je tiens à te remercier. Grâce à toi, j’ai pu impressionner L’Homme par ma connaissance des quartiers de San Francisco (Russian Hill, Telegraph Hill, Castro), et ça, ça n’a pas de prix!

Des photos de mes quelques jours trop courts à SF.


Share Button
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *