En avril, ne te découvre pas d’un fil

La semaine dernière alors que je descendais à la station Trinité entre deux matages d’affiches anciennes – les travaux ont mis à jour des anciennes pub et conseils de la RATP, un bonheur! – je me suis fait la réflexion qu’en avril, le mois se divisait en deux mondes :

D’un côté, ceux qui ont fait de l’adage « en avril ne te découvre pas d’un fil », un art de vivre et qui portent, tous les jours du mois, avec constance, manteau et boots même sous grand soleil. Dès qu’ils sortent de chez eux, ils traquent le moindre courant d’air et sont aisément reconnaissables à leurs gestes un peu fébriles pour resserrer leur écharpe.

Mais qui sont-ils vraiment?
– Des Parisiens prudents qui savent que les saisons ont un sens – même à Paris – et qu’il faut les respecter parce que justement il y a encore des saisons et que, merde, rien que cela vaut bien la peine de garder son manteau pendant quelques semaines de plus…
– Des échaudés qui se sont depoilés l’année précédente dès le premier rayon de soleil et qui ont passé les 15 jours suivants à causer du nez et à épuiser des stocks de mouchoirs. Pendant 15 jours, ils n’ont senti aucun parfum de fleur de cerisier, ni celui de la première herbe fraîche coupée…

Avril (3)Avril (4)Avril (5)

Et de l’autre côté?
– Des confiants ceux qui accueillent la vie comme elle se présente et qui savent en savourer chaque seconde. Ceux-là chantent la vie. On les reconnait, ils sont en t-shirt, lunettes de soleil crânement posées sur la tête dans les couloirs du métro, l’air dégagé. Et ça sifflote.
Certains ont même osé le short. Ils savent que le rhume ne s’attrape pas par les jambes.
Ils ont cartographié Paris et connaissent parfaitement à quelle heure chaque terrasse sera ensoleillée. Et tels des tournesols savent profiter de chaque minute de soleil. Des pros, j’vous dis.

– Des inconscients. On les reconnaît à leur air frigorifié vers 19h30. Ils se sont laissés attraper par les mille feux de l’astre- lumière… Tels Cendrillon, ils ont un peu zappé qu’on est qu’en avril tellement ils rêvent de printemps. Ils marchent plus vite que les autres pour rentrer plus rapidement chez eux et éviter de ne terminer congelés.

Avril (2)Avril (1)

Pour ma part, j’ai été successivement une prudente pendant pratiquement 3 semaines avant de sombrer dans les camps des inconscients et de me cailler tout un week-end sanglée dans mon petit imperméable; telle l’inspecteur Gadget congelé…

Et vous ? Vous êtes dans quelle catégorie ?

Share Button
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

9 comments on “En avril, ne te découvre pas d’un fil

  1. Hello !
    Je suis plutot dans la 2eme.. à craner ^^
    Les lunettes de soleil sur la tete, ça me donne direct envie de me poser à une terrasse (sous un chauffage, pas bete le bete^^) et profiter de la chaleur et des quelques rayons de soleil !

    • La meilleure place : celle sous la chaufferette! L’ambiance monte tout de suite de quelques degrés!

  2. « Ceux qui chantent la vie »…tu as vraiment le sens de la formule, j adore!
    Pour ma part, je suis dans la team manteau écharpe et boots. Chaque année, j ai du mal à enlever les couches, ça me prend toujours un peu de temps.

Répondre à La Flâneuse Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *