Le bistronomique qui pique – fermé

Point n’est besoin de vous redire à quel point je suis accro au bistronomique. Pantruche, le Garde-Temps, Septime, l’Office pour ne citer qu’eux, en sont les témoins.
L’invitation à dîner à L’Aromatik tombait donc à pic.
Le nom était prometteur et emprunt de saveurs exotiques
La déco changeait des classiques : bois blond, brique et lampe à filament incandescent apparent, pour privilégier le style art déco avec moulures d’époque (années 30 : l’époque), grands miroirs et mosaïques au sol. Très agréable et poétique.

l'aromatik_1

En entrée nous avons pris des oeufs avec des champignons puis j’ai opté pour le thon, délicieux avec petits légumes pendant que l’Homme était déçu par son plat de viande.
Je dirais donc cuisine bien exécutée plutôt savoureuse mais pas inoubliable.

L'Aromatik1_ thonL'Aromatik3

En revanche, il ne faut pas me prendre pour une machine à fric.
Surtout si le dîner n’a rien d’épique…
Et que je pars du resto imprégnée par une odeur tenace et une addition fort toxique.

En deux mots : « L’Aromatik, qui s’y frotte, s’y pique »

L’Aromatik, 7, rue Jean-Baptiste Pigalle, 75009 Paris, 01 48 74 62 27. M° Trinité.
Ouvert tous les jours sauf le dimanche. Plat environ 25€.
Edit 2017 – A fermé

Share Button
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

2 comments on “Le bistronomique qui pique – fermé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *