J’aime pas les bobos

Tout a commencé non loin de la rue des Martyrs, un des hauts lieux de la bobo-attitude.
A deux pas de l’hôtel Amour, plus précisément. Dans une nouvelle cantine new yorkaise en céramique, bois et récup’.

New York avait investi SoPi (South Pigalle, pour les novices), et l’addict du burger que je suis, en étais ravie.
Heureusement d’ailleurs, parce qu’à part le burger, rien de vraiment alléchant sur la carte franco-américaine qui se résume à carpaccio, tartares de saumon et de bœuf, entrecôte et salades. De là, à conclure que le bobo serait allergique à la vraie cuisine, il n’y a qu’un pas que je franchis allègrement (nous sommes lundi matin et je prends des risques considérables) : si les restos qui proposent des plats « comme à la maison », ont autant de succès, c’est que le bobo achète ses petits plats mijotés chez Picard, CQFD !

Verdict : cuisine correcte avec mention spéciale pour le cheesecake vraiment très réussi. Le vrai problème, c’était plutôt la note. 73€ pour deux pour aller à la cantine – plat, dessert et vin – même si le service des garçons à carreaux et des filles modeuses est extrêmement gentil et chaleureux, ça fait cher le ticket d’entrée au monde des bobos.

Sur ce, je vous laisse, j’ai quelques courses à faire chez l’as du surgelé.


La Maison Mère, 4 rue de Navarin, 75009 Paris, 01 42 81 11 00. M° Notre-Dame-de-Lorette ou Anvers
Tous les jours sauf dimanche soir et lundi
Brunch le dimanche de 12h à 16h & Soirées cocktails et musique 60-70’s jusqu’à 2h du matin les jeudi, vendredi et samedi soir.

Share Button
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

4 comments on “J’aime pas les bobos

  1. 1er constat : suis pas bobo je découvre le concept SoPi dont j’ignorai l’existence

    2ième constat : à 500 francs le burger / cake & wine c’est ultra cher ! je refuse de me boboifier !

    Je signe la pétition « Je hais les bobos » !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *