Voyage olfactif au Grand Musée du Parfum

Paris réussit parfois à me surprendre. En passant, rue du Faubourg St Honoré, j’ai vu une porte ouverte et au fond un grand immeuble élégant et digne comme peut l’être un hôtel parisien qui a pris un coup de jeune récemment. Classe mais pas classieux avec un panneau annonçant Grand Musée du Parfum.
Tiens donc.
J’ai commencé à gamberger : pourquoi « grand » : fallait-il le différencier d’un autre en lui donnant un peu plus de valeur ? Fallait-il qu’il affiche cette grandeur pour que lui soit reconnue cette qualité? De quel autre musée pouvait-il s’agir? Le musée Fragonard ?
Et ce musée a ouvert en décembre 2016.
DECEMBRE 2016 ?!
Et je suis passée à côté ?! Sérieux ? Mais comment se fait-ce (jeu de mot un peu douteux que j’affectionne tout particulièrement pour sa désuétude) que cela ait pu m’échapper ?
Je ne vois qu’une faille spatio-temporelle fin 2016 pour avoir eu raison de mon infatigable curiosité de dénicheuse parisienne. Et à y bien réfléchir, il me semble que c’est bien ce qui s’est passé fin 2016 : une looongue faille spatio-temporelle vorace et engloutissante qui a eu raison de toute envie de découverte.

Passé ces premiers instants de perplexité, je ne fus qu’enthousiasme tout au long de la visite. Visite qui commence au sous-sol par l’histoire du parfum ; un parcours ludique et original avec des jarres, des gants ou des pierres à humer. Présent sous forme de fumée pour honorer les divinités en Egypte ancienne, le parfum se fait abondant à Rome qui n’est que débauche d’huiles odorantes. Au Moyen Age, il devient élixir et sert ensuite à masquer les mauvaises odeurs. Le parcours retrace également le développement des parfums avec l’eau de Cologne en 1695 pour arriver ensuite à l’essor de la parfumerie moderne et les premiers parfums avec des fragrances de synthèse : Paul Parquet en 1882 et Jicky de Guerlain en 1889.

On poursuit au premier étage par un parcours sensoriel qui fait appel à la mémoire olfactive de chacun d’entre nous. C’est l’occasion de tester votre nez et de savoir si vous êtes capable de discerner les odeurs. L’humain est bien loin de l’éléphant : le meilleur nez du monde avec ses deux milles gènes olfactifs ! C’est une véritable balade au sens propre comme au figuré dans le jardin des senteurs qui diffuse brise marine, madeleines ou amande douce…

Le dernier étage est celui dédié à l’art du parfumeur, à la construction et la déconstruction de parfums. On touche du doigt la subtilité de ce métier technique et artistique. Et l’espace imaginé rend parfaitement hommage à cette délicatesse infinie.
La scénographie est fabuleuse et invite à un véritable voyage dans le monde du parfum qui ravira petits (à partir de 5-6 ans) et grands !

Le Grand Musée du Parfum, 73 rue du Faubourg St Honoré, 75001 Paris. M° Miromesnil, Champs-Elysées Clémenceau.
Ouvert du mardi au dimanche de 10h30 à 19h. Entrée 14,50€ par adulte, tarif réduit pour les enfants
Le Musée propose également des ateliers pour composer son propre parfum! A réserver pour un EVJF par exemple!

Share Button
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

One comment on “Voyage olfactif au Grand Musée du Parfum

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *