En tête à tête avec Hopper

La semaine dernière, grâce à C. j’ai eu la chance de visiter l’expo sans personne. Et ça m’a bien plu. Je me suis sentie vraiment privilégiée, je déambulais tranquillement entre les tableaux; les toiles dialoguaient les unes avec les autres. J’ai pu m’attarder autant que je le voulais pour regarder certaines oeuvres. C’était chouette.

Et puis, j’ai eu un coup de coeur. Je me suis longuement arrêtée devant cette « House at dusk » pour tenter de comprendre ce qui m’interpellait. Etait-ce la lumière si apaisante du haut du tableau qui m’a enfin rendue sereine? Le personnage seul qui regarde à la fenêtre quelque chose dans l’obscurité ou qui attend que quelque chose lui arrive, que sa vie démarre? Ou tout simplement le contraste entre ces deux atmosphères qui m’a troublée?
Peut-être que finalement c’est parce que cette oeuvre résume pour moi de façon emblématique la peinture d’Hopper : un premier abord toujours très calme, propret, proche d’un film américain parfait. Mais le second coup d’oeil trahit la solitude, l’incommunicabilité entre les individus, le désespoir qui envahit et qui submerge. La réalité n’est pas ce qu’elle paraît.
J’en ai finalement conclu qu’Hopper est un précuseur du The Truman Show ou de Desperate House Wives.

house-at-dusk

 

Et vous? Quel estle tableau qui vous a marqué dans cette exposition?
Hopper au Grand Palais, jusqu’au 28 janvier 2013. Prolongation jusqu’au 3 février et les trois derniers jours ouverture 24h/24!
Ouvert le lundi de 10h à 20h, les mercredi, jeudi, vendredi de 10h à 22h et les samedi et dimanche de 9h à 22h. Fermé le mardi. Et pendant les vacances scolaires de Noël : ouverture de 9h à 23h tous les jours !
Fermeture le 25 décembre. Fermeture exceptionnelle à 18h les 24 et 31 décembre.

Share Button
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

18 comments on “En tête à tête avec Hopper

  1. Mon tableau préféré est celui de la fin de l’expo « Sun in an Empty Room », si minimaliste et en même temps si coloré et lumineux ! Il a souvent des angles de vue et des cadrages très surprenants et même quand tout a l’air « normal », tu t’aperçois qu’il n’y a personne dans la rue… Ca + sa lumière éclatante, on est dans l’attente de quelque chose (comme ses personnages, d’ailleurs, quand il y en a) et quelque chose d’incroyable, du style atterrissage de soucoupe volante, pas moins. C’est vrai qu’on ressent la solitude, l’attente, mais je trouve que sa lumière et ses couleurs apporte une dimension un peu surnaturelle, surréaliste…
    Bref, j’ai adoré l’expo !

    • Grâce à ton commentaire, je suis retournée me faire une petite visite virtuelle de l’expo, sans personne of course 😉
      J’aime beaucoup ton choix, la lumière y est magique et on a effectivement l’impression de pénétrer dans un autre monde…

  2. Nighthawks ! Surement le plus connu (et étudié pour ma part au lycée eu siècle dernier)
    Les solitudes de ces oiseaux de nuit qui se croisent dans la pénombre d’un bar… les visages tourmentés, …. une vraie émotion de le voir « pour de vrai ».

    Et un second coup de coeur pour la toile « Chop Suey » – à la fois pour son réalisme et pour le style de la protagoniste qui marque l’époque.

    • J’arrive pas à m’emballer complètement pour Nighthawks en revanche, Chop Suey me parle, j’imagine la conversation entre ces deux femmes, leurs discussions et peut-être des rires et surtout des confidences…

  3. shame… je n’ai pas pu encore y aller :s
    mais je le sens bien pour janvier, janvier c’est le mois de tous les possibles 🙂
    cela dit, j’aime bien ton choix et j’aime aussi la mélancolie qui se dégage des oeuvres de Hopper… un côté désenchanté

  4. Quelle veinarde d’avoir pu voir cette expo dans des conditions de rêve! J’y vais bientôt, et j’ai peur que mon plaisir ne soit gâté par la foule, le piétinement et l’attente…

  5. Quelle chance ce tête à tête! Exposition faite un lundi de novembre avec beaucoup de monde mais pas une pointe de déception. Hopper, c’est la lumière, l’attente, l’instant avant la chute, la solitude. Un réalisme rare, une émotion palpable à chaque tableau. Une source d’inspiration intarissable (des envies, un projet en germe en compagnie d’Edward , à suivre)…

    Sinon, une autre expo à conseiller pour Paris en janvier 2013?

  6. La Vue sur le Pavillon de Flore, pas de motif psychologisant dans ce tableau mais la simple évocation de l’amour de la France, du Louvre, d’Hopper et des ciels qui chantent le bonheur de vivre…

  7. Oooooooooooooooooh ! Moi j’ai été refoulée à l’entrée sous prétexte qu’il y avait trop de monde, ou (la première fois) que je n’avais pas de billet acheté sur internet. L’attente est si longue dans le froid, que ça m’a vraiment découragée (les autres fois). Mais qui est « C », un magicien ?? 🙂

    • Je ne peux rien dire sur son identité mais oui cette fois-ci il m’a fait passer une soirée enchanteresse 😉
      Peut-être qu’entre deux heures et trois heures du mat’ le 2 février, tu auras une chance s’y rentrer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *