Bangkok, guide pratique

En novembre dernier, je suis partie répondre à l’appel du soleil et de la chaleur. Après les îles paradisiaques, nous avons passé 4 jours à Bangkok, une ville surprenante entre modernité et tradition qui mixe marchés flottants, gratte-ciel, palaces, bonzes, et uniformes d’écoliers. Et 10 millions d’habitants. Une circulation folle. Le roi partout. Une chaleur tropicale. Et une cuisine de rue parmi les plus réputées au monde.

Avant de vous parler de mes adresses coup de cœur, une fois n’est pas coutume, je voulais vous proposer un article pratique notamment parce que j’ai eu énormément de mal à choisir le quartier de notre hôtel. Du coup, j’ai eu envie de partager les centaines d’heures de recherches que j’ai pu faire sur des blogs, auprès de copains, sur Twitter ou encore sur Instagram avant de me décider sur le quartier où nous allons dormir.

Et une fois cela fait, j’ai changé trois fois ma réservation (je souffre du syndrome « perfection » dont je vous parlerais lors d’un autre post sans doute car cela devrait vous intéresser au plus haut point ; si c’est le cas, tapez 1 lors de votre commentaire en bas de cet article).

Où dormir
Voici le résultat des longues heures de recherches, mes impressions et expérience des différents quartiers :

  • Khaosan Road – clairement le quartier des routards et des jeunes touristes à petits budgets. Avec ses petites rues avec des bâtiments à un étage, il m’a un peu rappelé les rues d’Ubud à Bali. Bémol : ce n’est pas très bien desservi du reste de Bangkok, il y a de fortes chances que vous passiez un peu à côté de la ville.
  • Thewet – un peu plus au nord de Khao San Road. J’avais réservé à Thewet dans un hôtel qui avait l’air charmant, le Lamphu Tree House, avec une superbe promotion sur Agoda mais après plus amples enquêtes et consultations, je me suis rendue compte qu’il était loin de tout ce que nous avions envie de voir et que nous allions passer vraiment trop de temps dans un taxi au milieu des embouteillages. En revanche, cela peut être un choix sympa si c’est votre seconde fois à Bangkok.
  • Chinatown – l’adresse était extrêmement belle – le Shanghai Mansion – mais depuis que j’avais pris mon billet pour Bangkok, je rêvais d’un hôtel avec piscine…

Au final, j’ai longuement hésité entre Thonburi, Silom, Sukhumvit avec quelques critères : la proximité du métro, la piscine (parce que j’ai toujours rêvé de nager au milieu d’une ville la nuit et qu’en vrai, c’est juste fabuleux)

  • Thonburil’Avani Riverside – sur l’autre rive du fleuve et un quartier assez vivant mais un peu moins central
  • Sukhumvit – moderne. Peut-être même un peu trop moderne à mon goût mais il y a de belles adresses assez enthousiasmantes.
  • Au final, j’ai privilégié l’aspect central avec Silom qui présentait l’avantage de se situer au carrefour de deux lignes et je ne l’ai pas regretté une seule seconde!

Donc, si c’est la première fois que vous venez à Bangkok, je vous recommande de prendre un hôtel central c’est-à-dire sur la ligne de métro verte (BTS). C’est celle que vous utiliserez le plus souvent. Passez un peu de temps sur Agoda (l’équivalent d’un Booking pour l’Asie) ou Last Minute Travel qui proposent de nombreuses réductions ultra-compétitives sur les hôtels avec en plus souvent la possibilité d’annuler et de se faire rembourser directement en euros (testé et approuvé chez Agoda).

Combien de temps rester à Bangkok ?
Nous avions opté pour 4 jours avec une journée à Ayuttayah, l’ancienne capitale des rois de Siam et c’était exactement le temps que j’avais envie d’y passer : suffisamment pour avoir le temps de visiter sans se presser et s’autoriser quelques écarts avec des flâneries non prévues au programme.

Je dirais au minimum deux jours car la ville est vraiment très grande mais c’est faisable en ciblant vos temples et vos marchés. Idéalement, planifiez votre séjour pour y être le week-end pour pouvoir faire des emplettes à l’incroyable Chatuchak Market dont je vous reparlerais dans l’article suivant sur mes coups de cœur.

Quel guide prendre ?
Si vous hésitez entre le Routard et le Lonely, prenez le Lonely !
Moi, qui suis une inconditionnelle adepte du guide du Routard dont j’aime le parti pris, les opinions assez tranchées et les adresses avec lesquelles je suis souvent en phase, j’ai été déçue par mon guide préféré.
Il ne couvre que les îles les plus connues, d’ailleurs, Ko Phra Thong n’y figurait même pas et pour Bangkok ou Phuket, ne propose qu’un choix restreint de restaurants ainsi que des explications plus que synthétiques sur les monuments. Autant vous dire, que j’ai amèrement regretté d’avoir laissé le Lonely posé bien tranquillement dans mon salon.

Heureusement, Lini qui habite depuis quelques années à Bangkok propose un parcours bien foutu de deux jours dans Bangkok ainsi que de nombreuses belles adresses dans lesquelles piocher. J’ai donc trouvé plein de belles choses chez elle.

Valise, on y met quoi ?
S’il fait plus de trente degrés dehors toute l’année, sachez que le métro, les centres commerciaux, les hôtels, les taxis ou les boutiques sont souvent sur-climatisés, le foulard ta gorge sauvera.
Pour visiter les temples, n’oublie pas la jupe en-dessous du genou et pour les mecs un pantalon, sinon les boutiques aux alentours du Grand Palais se feront un plaisir de te vendre un pantalon en batik motif éléphant.
Tous les hôtels ou les guesthouses sont équipés de moustiquaires, en revanche, l’anti-moustique sera utile tout particulièrement pour les îles.

Se déplacer
La ville étant extrêmement dense, toutes les rues ne figurent pas forcément sur les plans des guides, téléchargez une application comme Maps.me par exemple qui intègre les données GPS et vous localisera sans wifi!

– Le métro : extrêmement pratique et, comble du luxe, climatisé ce qui vu la chaleur et la moiteur donne presqu’envie d’y faire un tour d’autant plus qu’une partie du métro est aérienne.
Petit conseil : sachez que les stations de métro sont assez éloignées les unes des autres : vous marcherez une vingtaine de minutes dans les artères à huit voies bondées de voitures et de scooters de la capitale.

Le Tuk Tuk, une expérience à faire ; pour l’expérience. Je dois avouer que je n’ai pas été tellement emballée. D’abord parce qu’il faut négocier systématiquement avec le chauffeur qui propose systématiquement un prix délirant pour faire 500 mètres. Second point, vous serez juste au niveau des pots d’échappement et respirerez toute la pollution de la ville. Quitte à faire, autant prendre le taxi d’autant plus qu’il est climatisé ! Demandez à lancer le meter lorsque vous montez dedans. C’est particulièrement intéressant si vous allez un peu loin.

Le bateau pour naviguer sur la Chao Praya. Prendre le bateau avec le drapeau orange qui a des airs de vaporetto vénitien version thaïlandaise (15 BHT le trajet).

Divine cuisine de rue thaï
Pad thaï, Tom Yam et soupes en tous genres, curry de toutes les couleurs, crabes & légumes frits et j’en passe. La cuisine thaï est un délice pour les papilles et j’ai à peine eu suffisamment de temps pour tout goûter et surtout pour tout re-goûter !
A Bangkok, il y a plein de petits stands à presque tous les coins de rue où les Thaïs mangent à toute heure du jour et de la nuit (une nuit qui se termine vers 20h-21h pour la cuisine de rue, après ils remballent). Chaque stand est souvent spécialisé dans un ou deux plats. Tout y est ultra frais et cuisiné sur place.
Pour choisir son stand, regardez l’affluence et régalez vous !

Share Button
Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...

One comment on “Bangkok, guide pratique

  1. Bonjour la Flaneuse du monde. Toujours de très belles photos et des informations rudement pertinente. Pour ma part je reviens d’Inde donc je ne vais pas aller tout de suite à Bangkok, mais à l’occasion, je reviendrai volontiers à cet articles

    très belle année 2018 pour toujours le renouvellement de la vie et du plaisir des partages.
    Amicalement
    Nathalie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *